La médecine naturelle de A à Z :

Introduction

Ce guide de médecine naturelle a été écrit en 1975 par Dorothée Koechlin-Schwartz et Martine Grapas. Ce dernier n'étant plus disponible en librairie, nous en proposons ici une version en ligne :

A début de ce siècle, la médecine occidentale a gagné de si éblouissantes victoires que tout le monde a cru que la maladie était enfin vaincue. Chacun partait d'un pied léger pour vivre 100 ans ! Du coup, la mort prenait un coté honteux et clandestin tout à fait rétrograde...

Or, aujourd'hui, nous voilà rattrapés sournoisement part une marée montante de maladies dites "de civilisation": cancers, infarctus, allergies, diabète, rhumatismes... Contre ces maladies, la médecine classique officielle connait beaucoup d'échecs.
Heureusement, il existe un certain nombre de "médecines parallèles" c'est à dire plus ou moins (ou pas du tout) reconnues officiellement, et ces médecines réussissent souvent très bien là où a échoué la médecine classique. Citons les plus connues: homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, acupuncture, hydrothérapie, etc...

Toutes ces médecines "parallèles" ont un point en commun : elles refusent en partie, ou en totalité, la chimiothérapie moderne. Elle s'efforcent avant tout de restaurer les défenses naturelles de l'organisme à l'aide d'éléments simples, aussi peu dénaturés que possibles par la chimie. Par exemple la balnéothérapie soigne par l'eau, chaude, froide, thermale, etc... La phytothérapie utilise les "simples", c'est à dire les plantes fraiches ou séchées, en préparations simples; l'homéopathie utilise minéraux, plantes et animaux en dilution infinitésimales; l'acupuncture cherche à rééquilibrer les courant d'énergie qui traversent le corps à l'aide d'aiguilles métalliques, etc...

Ces médecines portent sur le malade un regard différent : elles le considèrent d'avantage comme un tout, comme un ensemble vivant, en relation avec son environnement.
Il n'y a d'ailleurs pas toujours contradiction avec la médecine officielle : les lois scientifiques qui régissent celle-ci régissent aussi les médecines parallèles.
Seulement, ce sont des lois mal connues : par exemple, on constate des guérisons par l'acupuncture mais on ne s'explique pas encore scientifiquement leur mécanisme.
Il n'entre pas dans notre propos de partir en croisade contre toute médecine officielle, ce qui serait le comble de la stupidité !

Il s'agit seulement ici d'aider le lecteur, à ne pas abuser de la médecine classique, en le faisant profiter de l'expérience des médecines naturelles.

Voilà un exemple d'abus bien connu : le malade qui se gave d'antibiotiques pour lutter contre une angine rouge banale. C'est comme s'il tirait sur un moustique avec une carabine 22 long riffle : il affaiblit bien inutilement ses défenses naturelles et se prépare ainsi à résister aux antibiotiques, ce qui sera grave, s'il est atteint d'une affection plus sérieuse.
D'autant plus que la médecine classique réussit mal dans ce genre de maladie typique du citadin, en hiver.
Il ferait mieux de se mettre au thym, à l'eucalyptus, à l'eau salée et à l'air non pollué, en gardant les antibiotiques pour les cas vraiment graves.

Voici quelques traitements d'urgence, faciles et sans danger, qui permettent de soulager en attendant l'arrivée du médecin -ou de s'en passer s'il on est guéri! Vous trouverez dans la liste ci dessous quelques traitements de fond -naturels- pour certaines maladies chroniques. Nous ne prétendons pas faire un traité complet des méthodes naturelles : d'excellent livres ont déjà été écrits sur le sujet.

TRÈS IMPORTANT

- pour être efficaces, les cures de plantes doivent durer au moins 20 ou 30 jours.
- lorsque nous ne précisons pas, la plante peut s'employer fraiche ou sèche
- lorsque les dosages ne sont pas indiqués avec précision, c'est que la pante est sans danger, et qu'on peut en consommer autant que l'on veut.
- lorsque nous ne précisons pas quelle partie de la plante est employée, c'est qu'il faut utiliser celle ci toute entière (feuilles, fleurs, tiges, fruits....). D'ailleurs, l'herboriste ou le pharmacien vous vendent toujours la partie "utile" de la plante (ex: fleurs de lavande, racine de bardane, etc...) et les manuels de plantes médicinales l'indiquent aussi également.
- lorsque nous parlons des "oligoéléments", il s'agit d'une thérapeutique qui consiste à soigner les maladies par les métaux;, à doses infinitésimales: soufre, manganèse, cuivre, or, zinc, fluor..etc, sont en vente dans toutes les pharmacies, sous forme d'ampoules buvables ou d'aérosols. La plupart des médecins les prescrivent, et le mode d'emploi en est inscrit sur la boite, avec le dosage (en général une ou deux ampoules par jour). Les oligoéléments s'achètent sans ordonnance, et ne sont pas désagréables à consommer.